Cliquer sur la cocarde

Tout sur le procès de Bordeaux

Procédure et historique de l'affaire Papon

Les contributions et déclarations autour de l'affaire Papon

Les traductions en anglais, espagnol et néerlandais

Actualité

Le cédérom et le livre sur l'affaire Papon

Les documents

Les acteurs de l'affaire Papon

1961 - les évenemlents d'Algérie, les archives

Les liens sur l'affaire Papon

 

 

CHRONOLOGIE DE LA COLLABORATION

Précédente ] Remonter ]

1940 

10 mai : début de l'attaque allemande.

14 mai : l'armée allemande enfonce le front français à Sedan.

14 juin : les troupes allemandes entrent dans Paris.

16 juin : les Allemands atteignent la Loire. Le Maréchal Pétain exprime la nécessité de demander l'armistice. Paul Reynaud démissionne. A 23 h. Pétain forme un nouveau gouvernement.

17 juin : Pétain s'adresse par radio aux Français : "Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur. ...C'est le coeur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat.".

18 juin : Appel du Général de Gaulle à continuer le combat.

20 juin : Pétain à la radio : "J'ai demandé à nos adversaires de mettre fin aux hostilités. ... Depuis la victoire [de 1918], l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi..."

22 juin : à 18 h.35, signature de l'armistice à Rethondes.

25 juin : entrée en vigueur de l'armistice. Pétain à la radio : "Les conditions sont sévères. Du moins l'honneur est-il sauf... Le gouvernement reste libre, la France ne sera administrée que par des Français. Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal."

2 juillet : le gouvernement s'installe à Vichy.

10 juillet : l'Assemblée Nationale vote les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain pour promulguer une nouvelle constitution.

11 juillet : l'Acte Constitutionnel n°1 fait de Pétain le "chef de l'État français", l'Acte n°3 renvoie le Parlement.

12 juillet : Acte n°4 qui fait de Pierre Laval le "dauphin" de Pétain.

2 août : condamnation à mort du général de Gaulle pour "trahison" et " désertion en temps de guerre".

8 au 16 septembre : arrestation d'Edouard Daladier, de Paul Reynaud, de Georges Mandel et de Léon Blum, tous hommes politiques de la IIIème République.

13 septembre : Laval déclare à un journal belge : "La République a cessé d'exister en France".

3 octobre : le gouvernement de Vichy promulgue la loi portant statut des Juifs.

11 octobre : Message de Pétain : "L'ordre nouveau ne peut impliquer un retour même déguisé aux erreurs qui nous ont coûté si cher ... Le régime nouveau sera une hiérarchie sociale".

22 octobre : rencontre Hitler-Laval.

24 octobre : entrevue de Montoire entre Hitler et Pétain.

30 octobre : message radiodiffusé du maréchal Pétain : "Cette première rencontre entre le vainqueur et le vaincu marque le redressement de notre pays. C'est librement que je me suis rendu à l'invitation du Führer. Je n'ai subi de sa part aucun diktat, aucune pression. Une collaboration a été envisagée entre nos deux pays. J'en ai accepté le principe... Cette collaboration doit être sincère... Cette politique est la mienne. C'est moi seul que l'Histoire jugera."

9 novembre : le syndicat C.G.T. est dissout par décret.

29 novembre : enquête du gouvernement de Vichy sur les origines raciales des journalistes.

1er décembre : acte constitutionnel n°6 qui proclame la déchéance du Parlement."

25 décembre : entrevue entre Hitler et l'amiral Darlan qui succède à Laval.

1941

18 janvier : Loi portant obligation pour tous les jeunes Français de stages dans les "Chantiers de la Jeunesse".

1er février : fondation par Marcel Déat de l'organisation fasciste, Rassemblement National Populaire (R.N.P.).

29 mars : Xavier Vallat est nommé "Commissaire Général aux Questions Juives".

11 avril : le cabinet du maréchal Pétain publie un communiqué condamnant "les intellectuels, professeurs, politiciens qui, de leurs bureaux, stimulent une propagande [gaulliste] en suscitant des gestes mesquins, des inscriptions puériles sur les murs...".

18 avril : l'État français se retire de la S.D.N.

Paul Marion, secrétaire général adjoint à l'information, menace : "Le gouvernement exige une identité de vue totale en ce qui concerne les problèmes de politique étrangère. Les journaux qui ne veulent pas se soumettre s'exposeront aux sanctions les plus rigoureuses, y compris l'interdiction."

1er mai : discours de Pétain : ".Le 1er mai a été jusqu'ici un symbole de division et de haine. Il sera désormais un symbole d'union et d'amitié, parce qu'il sera la fête du travail..."

9 mai : le député Pierre Mendès-France est condamné à six ans de prison par le Conseil de guerre de Clermont-Ferrand.

11 mai : entrevue Hitler-Darlan à Berchtesgaden.

14 mai : un millier de Juifs d'origine étrangère sont arrêtés à Paris par la police française.

25 mai : communication de Pierre Laval au cours d'un dîner : "Mon entrevue avec le chancelier Hitler à Montoire fut une surprise - une émouvante surprise ... En repoussant l'idée d'une paix de vengeance et d'oppression, le chancelier Hitler a permis à la France de s'intégrer volontairement dans le nouveau système qu'il créera lorsque la guerre sera terminée... La collaboration est dans l'ordre naturel des choses. Elle est indispensable à la France comme elle est utile à l'Allemagne."

28 mai : Le gouvernement de Vichy reconnaît aux Allemands le droit d'utiliser les aérodromes de Syrie et du Liban.

2 juin : nouvelle loi portant statut des Juifs. La presse collaboratrice en rend compte dans les jours qui suivent.

10 juin : l'amiral Darlan à la radio : "Nous n'aurons jamais assez de reconnaissance pour notre chef, qui a fait don de sa personne à la France pour la sauver..."

30 juin : le gouvernement de Vichy rompt ses relations diplomatiques avec l'U.R.S.S. à la suite de l'attaque allemande du 22 juin contre ce pays.

8 juillet : déclaration de Pétain : "L'État issu de la Révolution nationale devra être autoritaire et hiérarchique."

26 juillet : Marx Dormoy, ancien ministre du Front Populaire, est assassiné dans la chambre où il était en résidence forcée depuis son arrestation.

12 août : message radiodiffusé de Pétain : "De plusieurs régions de France, je sens souffler depuis plusieurs semaines un vent mauvais. L'inquiétude gagne les esprits, l'autorité de mon gouvernement est discutée... La radio de Londres [ajoute] à ce désarroi des esprits... Un long délai sera nécessaire pour vaincre la résistance de tous les adversaires de l'ordre nouveau, amis il nous faut dès à présent briser leurs entreprises, en décimant les chefs..."

13 août : confiscation des récepteurs de radio appartenant aux Juifs.

14 août : sous la pression des autorités allemandes, promulgation de la loi déférant à des tribunaux spéciaux "les auteurs de toutes infractions pénales commises dans une intention d'activité communiste ou anarchiste".

28 août : Trois militants communistes condamnés à mort la veille par le Tribunal spécial de la Seine, sont guillotinés.

5 septembre : L'hebdomadaire catholique Temps nouveaux et la revue Esprit sont interdits.

21 septembre : le maréchal Pétain fait savoir qu'il condamne fermement les attentats commis contre des officiers allemands.

29 septembre : exécution de trois militants communistes, dont le député d'Amiens Jean Catelas.

4 octobre : promulgation de la Charte du Travail : syndicats uniques et obligatoires, divisés en trois catégories : patrons, cadres et ouvriers.

12 octobre : les combattants de la Légion des Volontaires Français contre le Bolchevisme (L.V.F.) prêtent serment à Hitler.

22 octobre : après deux attentats contre des officiers allemands, une centaine d'otages sont fusillés à Châteaubriant, Nantes et Bordeaux. Pétain et Darlan condamnent les attentats. Les otages ont été choisis par le ministre de l'intérieur Pucheu parmi les communistes.

1er décembre : entrevue Goering-Pétain à Saint-Florentin (Yonne).

14 décembre : nouvelles exécutions d'otages après des attentats. Le gouvernement de Vichy "regrette [cette] répression massive."

15 décembre : exécution du député communiste Gabriel Péri.  

1942  

20 janvier : la police parisienne prête serment au maréchal Pétain.

19 février : ouverture du procès de Blum, Daladier, Gamelin ... devant la Cour Suprême de Justice de Riom.

6 mars : message de Pétain : "Notre jeunesse doit être nationale comme notre État lui-même, mais il ne saurait être question de créer une jeunesse d'État."

30 mars : à Vichy, Paul Creyssel est nommé directeur du Service de la Propagande.

13 avril : note du gouvernement des États-Unis au gouvernement de Vichy qui évoque "la poignée de Français qui, sous prétexte de collaboration, ont prostitué de manière sordide le nom de la France...".

16 avril : protestation de Vichy contre la note américaine du 13 avril.

18 avril : retour au pouvoir de Laval qui forme à Vichy le nouveau gouvernement. De Gaulle à la radio de Londres : "Il paraît que, parmi les traîtres de Vichy, Hitler a prononcé certaines mutations..."

19 avril : Pétain à la radio : "Français, le nouveau gouvernement vous donnera des motifs de croire et d'espérer !"

21 avril : en représailles contre les attentats du mois d'avril, les Allemands exécutent 15 otages.

5 mai : arrivée à Paris du chef des S.S. Heydrich pour la mise en oeuvre d'une collaboration plus étroite entre la Gestapo et la police française.

11 mai : Darquier de Pellepoix, nouveau commissaire aux Questions Juives, déclare : "Les Français doivent se rendre compte que le principal responsable de leurs misères actuelles est le juif."

29 mai : ordonnance allemande en France occupée imposant le port de l'étoile jaune aux Juifs.

6 juin : Décret interdisant aux Juifs les professions d'artiste dramatique, cinématographique ou lyrique.

22 juin : Laval à la radio : "Je souhaite la victoire de l'Allemagne, parce que , sans elle, le bolchevisme demain s'installerait partout... La France ne peut rester passive et indifférente devant l'immensité des sacrifices que l'Allemagne consent pour édifier une Europe dans laquelle nous devons prendre notre place."

16-18 juillet : Grande rafle du Vel' d'hiv' : 12884 Juifs étrangers, dont 4000 enfants, arrêtés à Paris et en région parisienne par la police française.

15 août : arrestations de en zone non occupée, de 4000 Juifs apatrides qui sont livrés aux Allemands par les autorités de Vichy.

30 août : protestation de Mgr Saliège, archevêque de Toulouse, contre les arrestations de Juifs.

Édouard Herriot renvoie au maréchal Pétain sa Légion d'honneur pour protester contre l'attribution de cette décoration aux Français qui combattent en Russie sous l'uniforme allemand.

4 octobre : loi "relative à l'utilisation et à l'orientation de la main d'oeuvre" organisant le départ d'ouvriers français en Allemagne.

5 octobre : sermon du cardinal Gerlier, à Lyon : "A l'une des heures les plus tragiques de notre histoire, la Providence a donné à la France un chef autour duquel nous sommes fiers de nous grouper."

30 octobre : Édouard Herriot est placé en résidence surveillée.

8 novembre : le maréchal Pétain répond au débarquement américain en Afrique du nord en donnant l'ordre aux troupes françaises d'Algérie de se défendre contre les Américains. Il n'est pas suivi.

9 au 11 novembre : entretiens Hitler-Laval à Berchtesgaden.

11 novembre : les Allemands rompent l'armistice franco-allemand en occupant la zone dite "libre".

19 novembre : message radiodiffusé de Pétain aux Français : "J'ai décidé d'accroître les pouvoirs du président Laval... Je reste votre guide. Vous n'avez qu'un seul devoir, obéir."

29 novembre : l'armée d'armistice est dissoute.

13 décembre : déclaration de Laval à la presse : "La victoire de l'Allemagne empêchera notre civilisation de sombrer dans le communisme. La victoire des Américains serait le triomphe des Juifs et du communisme. Quant à moi, j'ai choisi..."

24 décembre : à Rennes, 25 résistants qui avaient fait sauter le siège de la L.V.F. et le bureau de recrutement des travailleurs pour l'Allemagne sont exécutés par les nazis.

1943

9 janvier : le général de Lattre de Tassigny est condamné à 10 ans de prison par un tribunal français pour "abandon de poste et tentative de trahison" pour avoir voulu s'opposer à l'occupation allemande de la zone sud en novembre 1942.

30 janvier : loi créant la Milice française. Joseph Darnand, S.S. français, est nommé secrétaire général de la Milice.

16 février : le gouvernement de Vichy promulgue une loi créant le S.T.O., Service du Travail Obligatoire destiné à fournir l'Allemagne en main d'oeuvre.

4 avril : message radiodiffusé de Pétain : "Il faut choisir. Les chefs rebelles ont choisi l'émigration et le passé. J'ai choisi la France et son avenir... Ma volonté est de donner à la France le régime d'autorité que conseillent la raison des plus sages et le bon sens du grand nombre...".

5 avril : Vichy annonce officiellement le transport en Allemagne de Daladier, Blum, Reynaud, Mandel et Gamelin, livrés aux autorités allemandes. Blum est conduit dans un camp de concentration.

28 avril : Pétain s'adresse aux chefs de la Légion des Combattants : "Miliciens et légionnaires, aidez-moi à montrer le vrai visage de la France !"

29 avril : entrevue Hitler-Laval.

2 mai : appel de Pétain aux travailleurs : "Depuis trois ans nous payons, vous et moi, les fautes de ceux qui nous ont précédés, de ceux qui nous ont menti...".

5 juin : allocution de Pierre Laval : "Il est des Français qui combattent en Russie. Ils sont partis comme volontaires. Ils incarnent nos meilleures traditions militaires et ils défendent le véritable intérêt français...".

10 juillet : discours de Pierre Laval : "Je porte devant l'Histoire une très lourde responsabilité, puisque j'ai accepté l'armistice et que non seulement j'accepte de faire une politique de réconciliation et d'entente avec l'Allemagne, mais que je souhaite pouvoir faire cette politique ... Montoire, c'était une grande espérance !"

27 août : entretiens Pétain-Von Rundstedt à Vichy.

1er décembre : Jacques Doriot, dirigeant de l'organisation fasciste P.P.F. et qui a revêtu l'uniforme S.S., est décoré de la Croix de Fer.

2 décembre : des miliciens assassinent Maurice Sarraut, ancien président du Parti Radical.

1944

5 janvier : discours de Pierre Laval devant les responsables de la Milice : "La démocratie, c'est l'antichambre du bolchevisme Je marche en plein accord, en total accord avec Darnand [le chef de la Milice]...".

1er février : l'armée allemande et la Milice commencent leurs opérations de répression contre le maquis de Haute-Savoie.

27 février : du Paty de Clam remplace Darquier de Pellepoix comme Commissaire général aux Questions Juives.

16 mars : Marcel Déat, chef de l'organisation fasciste R.N.P., est nommé ministre du Travail.

25 mars : 20.000 Allemands et miliciens attaquent les 460 résistants retranchés sur le Plateau des Glières en Haute-Savoie.

28 avril : allocution radiodiffusée de Pétain : "La prétendue libération est le plus trompeur des mirages auxquels vous pourriez être tentés de céder... Grâce à la défense du continent par l'Allemagne..., notre civilisation sera définitivement à l'abri du danger que fait peser sur elle le bolchevisme"

29 avril : constitution du Comité français des Waffen S.S. où l'on retrouve Doriot, Déat, Darnand...

6 juin : débarquement des Alliés en Normandie.

Appel radiodiffusé de Pétain : "Les circonstances de la bataille pourront conduire l'armée allemande à prendre des dispositions spéciales dans les zones de combat. Acceptez cette nécessité..."

8 juin : mobilisation de la Milice.

14 juin : Joseph Darnand, chef de la Milice, devient secrétaire d'État à l'intérieur.

De Gaulle, venu d'Angleterre, débarque à Courseulles et se rend à Bayeux, premier territoire libéré.

20 juin : assassinat par des miliciens de l'ancien ministre du Front Populaire Jean Zay.

28 juin : exécution de Philippe Henriot, journaliste collaborateur, par la Résistance.

7 juillet : des miliciens abattent l'ancien ministre Georges Mandel dans la forêt de Fontainebleau.

16 août : entretiens Laval-Abetz à Paris. Malgré son refus, Laval est contraint de transférer le gouvernement de Vichy à Belfort.

19 août : début de l'insurrection de Paris : occupation de l'Hôtel de Ville par la Résistance.

20 août : à Vichy, les Allemands arrêtent le maréchal pour le transporter de force à Belfort. Dernier message de Pétain : "Au moment où ce message vous parviendra, je ne serai plus libre... Je n'ai eu qu'un but, vous protéger du pire... Si je ne pouvais plus être votre épée, j'ai voulu rester votre bouclier... Je suis et je reste votre chef..."

25 août : la Division Leclerc achève la libération de la capitale. De Gaulle à Paris s'adresse au peuple.

27 août : Pierre Pleven, ministre du gouvernement provisoire de la république, dresse à Nantes un premier bilan humain de l'occupation : 75.000 fusillés, 600.000 déportés politiques et 750.000 travailleurs requis en Allemagne.

9 septembre : affichage, dans Paris libéré, de l'ordonnance d'Alger du 9 août rétablissant les lois républicaines en France.

4 octobre : organisation à Paris de la Cour de Justice chargée de réprimer les faits de collaboration.

23 octobre : condamnation à mort de Georges Suarez, ancien directeur du journal collaborateur Aujourd'hui.

9 novembre : exécution de Georges Suarez.

15 novembre : confiscation par l'État des usines Renault en raison de l'attitude collaboratrice de Louis Renault qui fabriquait des camions pour l'armée allemande.

1er décembre : Bony et Laffont, policiers français de la Gestapo, sont jugés.

27 décembre : Bony et Laffont sont fusillés.

1945

19 janvier : l'écrivain collaborateur Robert Brasillach est condamné à mort par la Cour de Justice.

24 janvier : ouverture du procès de Charles Maurras devant la Cour de Justice de Lyon.

27 janvier : Maurras est condamné à la réclusion perpétuelle. Il s'écrie : "C'est la revanche de Dreyfus !"

6 février : Robert Brasillach est fusillé.

9 février : les troupes alliées rejettent à l'est du Rhin les dernières forces allemandes de la poche de Cologne. Le territoire français est pratiquement libéré.

20 février : le ministre de la justice indique que 1500 condamnation à mort ont été prononcées par les tribunaux.

22 février : Doriot trouve la mort en Allemagne dans un bombardement.

16 mars : l'écrivain collaborateur Drieu La Rochelle se suicide.

18 avril : les dernières forces allemandes en France capitulent à Royan.

Les premiers déportés survivants du camp de Buchenwald arrivent en France.

26 avril : venant de Suisse, le maréchal Pétain est arrêté à son entrée en France.

29 avril : premier tour des élections municipales en France, les premières depuis 1939.

30 avril : Hitler se suicide dans son bunker de la Chancellerie du Reich.

8 mai : capitulation de l'Allemagne nazie.

Précédente ] Remonter ]

Retour Accueil

© Affaire Papon - JM Matisson

Page mise à jour le 28/08/03 10:16

Nous contacter, s'inscrire sur la liste de diffusion

Retour Accueil